5ème jour / DIMANCHE 18 AVRIL 2010

Publié le par milanodesign2010.over-blog.com

Par Arthur, Nicotsan et Mumu

 

Achille Castiglioni

Piazza Castello


2862663296_4b1ca2cfe5.jpg


 Ce dimanche matin pluvieux marque l'apogée du séjour à Milan. Tout designer ou étudiant en design se doit d'effectuer son pélerinage au sein du mythique atelier d'Achille Castiglioni. Devant le vieil immeuble bourgeois nous attendais Marcello notre guide. Après quelques négociations, nous obtenons l'accord pour entrer. Nous prenons place autour d'une grande table, sur des chaises dépareillées, issues de l'artisanat et de la production d'Achille. Parmi elles, le siège Sella dont Marcello nous explique immédiatement le concept. Conçu pour s'asseoir succinctement dans le coin exigu dédié aux téléphones des café italiens des années 50. La couleur rose du pied fait référence à « la maglia rosa » (le maillot du vainqueur du tour d'Italie).


Marcello nous explique la démarche d'Achille : récupérer des pièces déjà usinées, adaptées à une fonction pour créer un autre objet : un détournement. Par exemple le lampadaire Arco crée pour Flos se divise en 3 pièces différentes : un pavé de marbre massif sert de contrepoids à la suspension et et est perforé pour laisser passer un manche à ballet qui permet de le déplacer facilement, une tige métallique cintrée fait office de support au globe lumineux. La visite s'achève, il est temps de signer le livre d'or.



Brunch Danese

Via Canova 34

 

 

Mumu + Constance GuissetIl y avait une forte affluence au fameux brunch de Danese, éditeur historique milanais que cette année a décidé de mettre la nature et l'environnement au sens large comme préoccupation principale dans le cahier de charge de ses collaborateurs. Ce brunch se déroulait dans une grande maison avec jardin, Via Canova 34. Le design était présent à tous les étages, y compris dans le jardin et la cave. De nombreuses stars du design étaient présentes. Nous avons pu croiser Ross Lovegrove se faisant interviewer devant les caméras, Yves Behar, Martì Guixé et Anna Bernagozzi en grande discussion dans le couloir, Constance Guisset se promenant dans le jardin pendant que Jonathan Olivares nous faisait une démonstration de l'un de ses meubles, le bureau Holly. Cette table pivotante peut être placée dans n'importe quel endroit où il y a besoin d'ajouter une surface supplémentaire, aussi bien en cuisine qu'au bureau. Elle permet d'interagir avec l'environnement d'une part, par sa flexibilité, maniabilité due à sa taille modeste, et d'autre part, grâce à son bras articulé. Jonathan Olivares nous explique qu'elle est idéale pour le bureau comme surface d'appoint pour poser un ordinateur portable et nous cite l'exemple d'un utilisateur qui veut montrer l'écran de son ordinateur portable aux collègues.

Après avoir bu quelques cocktails et coupes de champagne, picoré des fraises, du pain aux olives avec du parmesan, nous prenons la direction de la Triennale.

 



Triennale de Milan

Piazza Castello


Le musée nous présente cette année une exposition avec comme commissaires par Pierre Charpin et Compassi di Latta par Riccardo DalisiAllessandro Mendini (sous la bienveillance de' Andrea Branzi, bien évidemment):   une foultitude d'objets (700)  issus de la production italienne. Ils nous exposent leurs visions du design rassemblant un nombre de pièces étonnantes organisées par catégories : des maquette d’architecture, du design industriel, des objet de mode, des objets d'art, des photographies, des souvenirs et « des choses ».

Nous avons particulièrement apprécié cette prolifération d'objets résultant d'une accumulation hétéroclite d'artefacts .


Parmi nos favoris, les « Scarpe banali » de Franco Raggi : ce sont de drôles de chaussures bancales munies d'épines et une étagère bancale de Konstantin Grcic.

Notre grande déception de la triennale était l'installation « l'atelier » de Gaetano Pesce. La texture des assises avait un air de scoubidou fondu. Les couleurs criardes de ses objets (que par ailleurs nous avons déjà vu des milliers de fois) nous ont rendu presque aveugles.

 



Design Gallery

Via Ciovasso 4


Cette exposition s'établissant dans deux lieux nous présente des travaux de plusieurs designers.

Des branches d'arbres, des plaques métalliques, des fleurs... La galerie nous invite a découvrir des objets, mais aussi des dessins de Andrea Branzi. Son travail oscille entre poésie et sensibilité, suggérant fragilité et délicatesse. Les assises, les étagères et les vases présentés réconcilient le naturel et l’artificiel, l’industriel et l’artisanal par l'association de troncs d'arbres ou de matières naturelles avec du métal. Ses objets nous racontent des histoires, nous font rêver de nature. Nous avons rencontré Andrea Branzi dans ce même lieu. Il s'est pris volontiers au jeu de l'autographe et de la photo souvenir.

Toujours avec des travaux de Andrea Branzi, la suite de la visite se poursuit dans une seconde partie de la galerie, avec objets de Michelle De Lucchi, Alessandro Mendini et Ettore Sottsass.

Les meubles colorés de Ettore Sottsass dialoguent avec ceux de Branzi, comme des constructions, des architectures bancales.

 

P4180992 P4180990

Andrea Branzi Andrea Branzi


Commenter cet article