3ème jour / VENDREDI 16 AVRIL 2010

Publié le par milanodesign2010.over-blog.com

Par Julien, Helene et Nicopaul

 

 

P4160750

Après un réveil matinal et une belle promenade dans les quartiers chics de Milan, nous arrivons au Spazio Rossana Orlandi.

Rossanan Orlandi est une petite dame dynamique, d’un certain âge, qui se cache derrière d’énormes lunettes bleu es. Sous une pergola, des tables et chaises de bistrot, où se prélassent des visiteurs ; le café est servi par une t roupe de grand-mères dont le va et vient rythme l’

atmosphère tranquille du lieu.

Plus loin, des tables jardinières, une biche empaillée recouverte d’une tapisserie bariolée, des meubles carbonisés, des céramiques s’étalant dans une enfilade de pièces, des lampes, des étagères signées Shigeru Ban, des légumes en tissu...

 

 

Sa maison est un véritable show room fascinant, un mélange entre une boutique underground et un cabinet de curiosités.


                        P4160726   P4160719  

 

Au passage, quelques personnalités: Claesson, Koïvisto et Rune, le trio suédois fort de son succès (la Parapu Chair) ; Marti Guixé, un peu rustre. Murielle continue son challenge et se fait prendre en photo au côté de ces « stars » du design.

 

Mais nous ne tardons pas à quitter ce lieu étrange. Nous avons rendez-vous pour un brunch au Palazzo Borromeo où est célébrée, sous la direction de Sam Baron, l’exposition de Fabrica (think tank créatif du groupe Benetton). Nous sommes accueillis par des carafes de verre aux formes animales, cocotes et pieds d’oiseaux. Dans les pièces attenantes sont présentés des éléments de mobilier: à partir d’un nombre restreint de pièces de bois, les designers ont composé différents assemblages de ces meubles modules. Le buffet est incroyable, champagne à volonté, aubergines à la parmigiano renversantes, yaourts aux fruits rouges sublimes…L’envie qu’il suscite provoque chez les visiteurs des réactions peu polies. Nous surprenons même Nicolas glissant son doigt dans une verrine à l’avocat...

 

                  P4160797 P4160805

 

 

Mais nous ne sommes pas là que pour manger, et retournons dans la salle des objets en verre. Nous apprécions leur aspect narratif, même si tous en déplorent le superflu.

Au moment de partir, nous apercevons des sacs à l’entrée contenant le magasine Colors et une clé USB. Au moment de s’en saisir, une dame arrête Arturo lui expliquant que ces sacs sont réservés à la presse, mais gardant son aplomb, le téméraire étudiant lui explique calmement qu’il est lui-même journaliste chez WAD, et repart tout sourire le trésor à la main.

 

Nous poursuivons la visite, et faisons un saut chez Corian, fabricant du matériau éponyme très en vogue chez les designers (bien que peu écologique, de par sa composition élevée en résine polyuréthane). Karim Rashid nous propose ici une scénographie de formes colorées et organique, qui bien que d’un goût discutable, illustre admirablement les possibilités de ce matériau.

 

Moment détente. Nous arrivons au Centre Culturel Français, où une exposition de vaisselles céramiques de Sèvres est organisée. Les pièces sont réunies dans une salle, et toutes sont installées sur des tourne-disque, cela leurs confère une dimension nouvelle, moins ringarde, et surtout fascinante. Le tourne-disque devient tour du potier, et les pièces sont tour à tour vues, par illusion, dans leur état primaire, celui de la fabrication et leur aspect définitif.

Nous allons nous étendre dans le jardin ou des rose en porcelaine blanche ornent les parterre de fleurs. Tout est luxe, calme et volupté.

 

Mais l’après-midi avance et il faut déjà rejoindre la boutique Alessi, la marque historique de Mendini, temple des arts de la table. Le même Marti Guixé propose au public et à la presse une «performance» autour de sa dernière création, une horloge de cuisine personnalisable à volonté à l’aide d’un feutre Velleda. La configuration du lieu et l’acoustique déplorable rendent cette mascarade promotionnelle encore plus ennuyeuse, et nous nous empressons de quitter les lieux.

 

Nous retrouvons le designer à la conférence « Evergreen » sur le Design Durable, organisé par le magasine économique italien il Sole 24 ore, avec comme intervenants la directrice du Moma Paola Antonelli, Paolo Ratti, le directeur du Sencible City Lab du MIT, et bien sûr Marti Guixé. La conférence se déroule intégralement en langue italienne, et malgré les images nous ne comprenons pas grand chose. Heureusement Anna nous rapporte avec patience le contenu des interventions. Et nous voilà gâtés de nouveau par un cocktail incroyable.

 

Nous poursuivons la soirée dans un lieu atypique où la jet set se réunit pour profiter d’un bar gratuit offert par un magasine local. Ambiance «Le diable s’habille en Prada», robes courtes et jeunes premiers à la coiffure gominée. Malgré la tenue correcte exigée, Nicolas, revêtu de son costume avant-gardiste mi-sport/mi chemise hawaïenne, réussit la prouesse de s’introduire dans cette soirée chic.

Commenter cet article